C’est un fait scientifique établi depuis de nombreuses années : la variabilité du climat, et notamment celui du continent Européen, est largement tributaire des échanges de chaleur qui existent entre l’atmosphère et l’Océan Atlantique. Or, en raison du réchauffement climatique qui perturbe l’équilibre de l’écosystème mondial, la circulation des courants océaniques dans l’Atlantique est à son plus faible niveau depuis 1.600 ans. Des scientifiques estiment à ce titre que la régulation du climat mondial est en danger.

La revue scientifique Nature a en effet publié récemment deux études qui valident l’hypothèse d’un affaiblissement de la circulation des courants océaniques de l’Atlantique,

...***

La suite...

....

Lien source - http://feeds.feedburner.com/zegreenweb/OkzL -

- Catégorie - ENViRONNEMENT

Plus d'information... Commentaires fermés sur La circulation des courants océaniques perturbée par le réchauffement climatique

Quelle réaction! Les premiers tests au carbone 14 ont commencé, mais plus nous collecterons de fonds et plus nous serons en mesure de mettre fin au commerce d’ivoire. Faites un don maintenant! 

ElephantImage3_blast.jpg
Les éléphants d’Afrique n’ont plus que 10 ans avant de disparaître à jamais. 10 ans!!!

Nous sommes en train de les exterminer. Juste pour en faire de ridicules babioles en ivoire!

Mais aujourd’hui, nous pourrions obtenir la fermeture d’un immense marché d’ivoire: l’Europe. Des experts ont révélé que le commerce européen “d’antiquités” en ivoire sert en fait de paravent à la contrebande et contribue au massacre des éléphants. L’Union européenne vient de lancer une consultation publique, demandant des preuves. Si elle en reçoit, une interdiction totale est à portée de main.

Ces preuves, nous pouvons les lui fournir.

Nous allons faire équipe avec l’université d’Oxford et des spécialistes internationaux de la faune sauvage, pour collecter des soi-disant antiquités en ivoire de toute l’Europe, et les tester au carbone 14 pour déterminer leur âge. On pourrait ainsi fournir des preuves infaillibles et faire interdire ce commerce!

La consultation s’achève dans quelques semaines. Si nous sommes 50 000 à faire un don aujourd’hui, nous pouvons nous mettre au travail. Contribuez à hauteur de vos moyens — pour que les éléphants ne vivent pas leur dernière décennie.

Les braconniers tuent 100 éléphants par jour — ils les abattent depuis des hélicoptères, ou tailladent leurs défenses alors qu’ils sont encore vivants. Une telle cruauté est insupportable. Le pire, c’est que les éléphants comprennent ce qui est en train de leur arriver. Ils passent des heures à pleurer leurs morts.

Une interdiction mondiale totale de ce commerce sanglant est la seule manière de les sauver, et les vents n’ont jamais été aussi favorables. Les États-Unis et la Chine l’ont déjà interdit et Hong Kong pourrait progressivement faire de même d’ici à 2021. Après une grande campagne d’Avaaz, l’UE a suspendu ses exportations de défenses brutes. Elle envisage aujourd’hui d’aller plus loin dans les restrictions.

Nos preuves pourraient être l’atout gagnant!

Mais ces tests ne sont pas gratuits. Avaaz dispose certainement du seul modèle de financement au monde capable de collecter les fonds en un temps record, pour produire une étude scientifique massive, soutenue par les citoyens, et plaidant la cause des éléphants auprès de l’UE au moment même où elle envisage une interdiction totale.

Cette campagne pourrait faire date, et l’UE est en demande — mais personne d’autre n’est prêt à mettre en oeuvre un projet aussi ambitieux. Contribuez à hauteur de vos moyens:

Il y eut un jour 25 millions d’éléphants qui sillonnaient l’Afrique. Aujourd’hui, nous pourrions éliminer l’espèce toute entière en une décennie! C’est un témoignage dramatique, sans appel, de notre déconnexion au monde. Renversons la situation, et sauvons les éléphants de l’abîme.

Avec espoir,

Alice, Danny, Oli, Spyro, Marigona, Allison et toute l’équipe d’Avaaz

POUR PLUS D’INFORMATIONS

Le braconnage et le trafic d’espèces sauvages s’accélèrent « à une cadence alarmante » (Le Monde) http://www.lemonde.fr/planete/article/2017/10/04/le-braconnage-et-le-trafic-d-especes-sauvages-s-accelerent-a-une-cadence-alarmante_5195895_3244.html#hSvwfUCOdwUb2rVR.99

En Afrique, « un éléphant est braconné toutes les 26 minutes » (France TV Info) http://www.francetvinfo.fr/animaux/especes-menacees/en-afrique-un-elephant-est-braconne-toutes-les-26-minutes_2373696.html

La Commission européenne consulte sur le commerce de l’ivoire (Actu Environnement) https://www.actu-environnement.com/ae/news/consultation-commission-europeenne-commerce-ivoire-29669.php4

Éléphants d’Afrique: attention espèce en danger! (Le Point) http://afrique.lepoint.fr/actualites/elephants-d-afrique-attention-espece-en-danger-27-09-2016-2071712_2365.php

Hong Kong: de l’ivoire illégal dépisté par la datation au carbone 14 (Le Parisien) http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/hong-kong-de-l-ivoire-illegal-depiste-par-la-datation-au-carbone-14-29-03-2017-6806322.php

100 000 éléphants tués par des braconniers en trois ans, selon une étude historique (National Geographic, en anglais) http://news.nationalgeographic.com/news/2014/08/140818-elephants-africa-poaching-cites-census

Plus d'information... Commentaires fermés sur Pourquoi Avaaz achète de l’ivoire ?
« L’ESPACE INTÉRIEUR »

Exposition Hommage  &  Lancement d’un livre d’art

Réjeanne LIZOTTE (1947-2014)  & Richard FOISY
 
 
L’espace contemporain galerie d’art, situé au 5175, av. Papineau, Montréal (coin Laurier) présentera du 17 au 29 octobre 2017, « L’espace intérieur – Réjeanne Lizotte ». Une exposition hommage à l’artiste Réjeanne LIZOTTE ainsi que le lancement officiel du livre de l’auteur Richard FOISY. Le vernissage et le lancement aura lieu le jeudi 19 octobre de 18h @ 20h. Vous y êtes cordialement invités. (Entrée gratuite) Le public aura accès à la galerie aux heures suivantes : mardi et mercredi de 12h à 18h, jeudi et vendredi de 12h à 20h, samedi et dimanche de 12h à 17h.
 
 
L’exposition « L’ESPACE INTÉRIEUR »
 
Trois ans déjà que l’artiste Réjeanne Lizotte nous a quitté. Cependant, elle est toujours bien présente dans le coeur de ceux qui la connaissaient et de ceux qui possèdent une oeuvre de sa création. Cet événement a été prémédité par deux amis de toujours, Odette Hamel et Richard Foisy, qui ont su depuis son départ, organiser et présenter des expositions pour laisser perdurer sa présence artistique. C’est également avec la collaboration de sa soeur Nicole Lizotte, qui possède les ayants droit de toute la production de l’artiste et qui a donné le mandat à l’auteur Richard Foisy de concevoir un livre. Une responsabilité d’un héritage colossale et une volonté incontestable de diffuser et de transmettre ce patrimoine artistique.
 
Pour ce faire, voici donc l’exposition « L’espace intérieur » qui nous propose une rencontre avec l’artiste Réjeanne Lizotte à travers un corpus d’oeuvres qui nous amène à comprendre l’espace pictural d’une réflexion, de son langage visuel animé par la trace du mouvement qu’inspirait le rythme de la vie qui l’entourait.  Avec plus de deux cent cinquante oeuvres, de tous les formats, dont la période s’échelonne de 1986 à 2014, peintures, dessins, aquarelles, gravures nous parlent d’ambiances, de structures, de lieux qui témoignent de l’impression de l’artiste. Un hommage à la mémoire où l’essence d’un parcours nous est livrée, l’intime scénario de la vie de nomade ressentie de ces espaces habités par de chaleureuses rencontres. Un événement qui permettra de partager encore une fois un beau moment avec sa complicité d’antan.
 
Et en parallèle à cette exposition, le lancement du livre « Réjeanne Lizotte – L’espace intérieur » de l’historien d’art Richard Foisy. Entre le livre d’art et le catalogue raisonné, ce livre nous propose un éloquent travail de recherche sur la vie de l’artiste et de son oeuvre. C’est à travers des anecdotes, des correspondances, des réflexions et leur chemin, leur inspiration que l’auteur évoque la justesse de ce que l’artiste en témoignait. Une double possibilité de nous imprégner de la trace laissée par une vie artistique. Un autre moyen de nous communiquer ce petit quelque chose, presque indéfinissable qu’apporte la réunion entre deux univers.
 
 
L’artiste Réjeanne LIZOTTE (1947-2014)
 
Native de Roberval, artiste établie qui a poursuivi son cheminement artistique dans la ville de Québec. Détentrice d’un baccalauréat en Arts visuels de l’Université Laval en 1981 avec d’autres formations artistiques comme le vitrail, la calligraphie, la collagraphie et le vidéo. Membre du Conseil de la Culture de Québec, du RAAV et d’Engramme, elle s’impliquait et contribuait à donner de son temps et de son expertise. Elle a participé à une centaine d’expositions personnelles et collectives, les amateurs d’art ont acquis de ses œuvres un peu partout à travers le monde et plusieurs articles de presse ont salué son travail.
 
Réjeanne LIZOTTE était globe-trotter qui aimait s’imprégner des atmosphères urbaines en s’installant temporairement dans les grandes villes. Elle décrivait ainsi le mouvement et le rythme dans ses peintures, dans la solitude et le silence avec cette pulsion de nomade, elle a parcouru l’Europe, l’Asie et l’Amérique. Ainsi guider pour créer, d’après ce qu’elle percevait ou ressentait, elle a laissé sa trace, tout doucement, dans divers projets culturels, ateliers ou résidences d’artiste, autant au Canada qu’en Europe. Réjeanne Lizotte épiait l’animation des lieux au travers la structure des villes avec ses aires de circulation, ses ronds-points, la vie effrénée, le chaos, la musique, en contraste quelquefois avec l’ambiance d’un café, un spectacle de jazz, un passant étranger, le périple du quotidien, et même l’itinérant. Elle laissait s’inscrire tous ces moments de vie accumulés à ses compositions lyriques: les traces, les empreintes, l’instantanéité, la mobilité, l’accident. Une canalisation du rythme des gens qui vivent, une redéfinition de cette énergie intérieure propre à chacun. C’est à travers toute cette relation avec l’autre qu’elle transposait sur toile une organisation formelle d’une liberté incontestable.
 
– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –
 
L’auteur  Richard FOISY
 
Chercheur indépendant en littérature et en histoire de l’art, Richard FOISY est depuis 1998, directeur du Centre de recherche sur l’atelier de l’Arche et son époque 1900-1925, qui couvre le premier tiers du XXe siècle à Montréal. Il a fait paraître divers ouvrages dont la biographie du poète populaire Jean Narrache (Émile Coderre 1893-1970), Un poète et son double (Prix Jean-Étier-Blais 2016), il a publié Maurice Le Bel (1898-1963) : du territoire à l’abstraction (2013) ainsi que L’Arche, un atelier d’artistes dans le Vieux-Montréal (VLB éditeur, 2009). Collaborateur de diverses publications collectives, dont Marc-Aurèle Fortin : L’expérience de la couleur (Musée national des beaux-Art du Québec, 2011), il est lauréat du prix de la Société des Dix (2015) pour son apport à l’histoire du Québec et de l’Amérique française.  Il prépare un recueil de nouvelles et un roman.
 
 
Le livre « Réjeanne Lizotte – L’espace intérieur »
 
Peintre d’abstraction lyrique, Réjeanne Lizotte (1947-2014) a laissé une oeuvre peinte, dessinée et gravée qui s’étend sur une quarantaine d’années. Fascinée par le rythme, qu’il soit visuel, sonore ou émotionnel, elle en a fait son principal sujet d’étude, allant des biorythmes aux rythmes de la nature, mais s’attardant sur tout aux rythmes du jazz et à ceux des grandes villes qui forment le corpus principal de sa production. Nomade, elle a scandé sa vie en « enjambées d’océan » pour aller voir ailleurs si elle y était et si les autres y sont, que ce soit au Pérou ou au Japon, à Paris ou à New York, comme à Toronto et Vancouver. Désireuse de « témoigné de sa vie », elle a conçu son oeuvre comme un « journal de bord » C’est dans cet espace intérieur que vous êtes conviés.
 
-30-
Plus d'information... Commentaires fermés sur Exposition Hommage  &  Lancement d’un livre d’art – Réjeanne LIZOTTE (1947-2014)  & Richard FOISY
 

Le ministre Garneau souligne les prochaines mesures du gouvernement en vue d’une plus grande équité pour la classe moyenne

 
Montréal
Ministère des Finances Canada

Lorsque l’économie est à l’œuvre pour la classe moyenne, le pays est à l’œuvre pour tout le monde. Alors qu’il baisse le taux d’imposition fédéral des petites entreprises à 10 % à compter du 1er janvier 2018 et à 9 % à compter du 1er janvier 2019, le gouvernement du Canada compte s’assurer que les particuliers à revenu élevé n’utilisent pas des avantages imprévus découlant du taux d’imposition des petites entreprises pour en tirer un avantage fiscal personnel.

Le ministre des Transports, Marc Garneau, a participé aujourd’hui à une activité avec des entrepreneurs locaux à Montréal, où il a souligné le plan consistant à apporter des changements au régime fiscal qui empêcheront l’utilisation du statut de société privée sous contrôle canadien (SPCC) pour réduire les obligations fiscales des particuliers à revenu élevé alors qu’il doit servir à soutenir les petites entreprises.

Plus tôt cette semaine, le ministre des Finances, Bill Morneau, a annoncé que le gouvernement avait l’intention de simplifier la proposition visant à limiter la possibilité, pour les propriétaires de sociétés privées, de réduire leurs impôts sur le revenu des particuliers en versant une partie de leur revenu à des membres de leur famille qui ne contribuent pas aux activités de l’entreprise. La grande majorité des sociétés privées ne seront pas touchées par les mesures proposées visant la répartition du revenu. De plus, le gouvernement a annoncé aujourd’hui qu’il n’adopterait pas les mesures proposées pour restreindre l’accès à l’exonération cumulative des gains en capital.

Plus tôt aujourd’hui, le ministre Morneau a indiqué que le gouvernement entendait mettre en œuvre des mesures destinées à limiter les possibilités de report d’impôt lié aux placements passifs tout en accordant aux propriétaires d’entreprise une plus grande marge de manœuvre afin de gérer des situations personnelles comme un congé parental, un congé de maladie ou un départ à la retraite. Ces nouvelles règles cibleront certains particuliers à revenu élevé, qui profitent le plus, en vertu des règles actuelles, d’un compte d’épargne personnel, par l’intermédiaire de leur société, qui offre des avantages fiscaux illimités de loin supérieurs aux limites de cotisation à un régime de pension, à un régime enregistré d’épargne‑retraite ou à un compte d’épargne libre d’impôt prévues pour les autres Canadiens. Cette situation est injuste en soi, et le gouvernement est résolu à la corriger, dans le cadre de la réflexion qu’il mène sur les commentaires transmis par les Canadiens durant la période de consultation.

Dès le début des consultations publiques, lancées le 18 juillet dernier, les Canadiens se sont impliqués dans cette discussion importante portant sur des propositions de mesures destinées à régler la question de la planification fiscale au moyen de sociétés privées. Lors de séances de discussion ouverte et de tables rondes organisées de Vancouver à St. John’s, les ministres et les députés ont recueilli et étudié soigneusement les opinions et les points de vue de propriétaires de petites entreprises, d’agriculteurs, de pêcheurs, de professionnels et d’experts. Dans les prochains jours, le gouvernement annoncera d’autres mesures visant à assurer l’équité pour la classe moyenne, lesquelles tiendront compte de cette rétroaction.

Citation

« L’annonce d’aujourd’hui appuie notre engagement en matière d’équité fiscale et de création d’une classe moyenne forte. Nous avons promis aux Canadiens de la classe moyenne que nous baisserions leurs impôts et que nous nous assurerions que tout le monde paierait sa juste part. En baissant le taux d’imposition des petites entreprises à 9 % et en s’attaquant à la planification fiscale au moyen de sociétés privées, le gouvernement prend les prochaines mesures en vue d’une plus grande équité fiscale pour la classe moyenne. Pendant notre consultation, les propriétaires d’entreprise et les professionnels nous ont dit qu’ils avaient besoin d’une marge de manœuvre afin de gérer des situations personnelles, comme les congés parentaux, les congés de maladie et les départs à la retraite. Les changements que nous apporterons répondent précisément aux besoins exprimés par les Canadiens et ils nous aident à faire un pas de plus vers une économie qui fonctionne pour la classe moyenne, notamment les propriétaires de petites entreprises et les entrepreneurs du Canada. »

Marc Garneau, ministre des Transports

Les faits en bref

  • Les SPCC ayant déclaré des revenus passifs imposables qui se situaient au-dessus du seuil de 50 000 $ en 2015 représentaient 3 % de l’ensemble des SPCC, mais elles ont gagné plus de 88 % du revenu total imposable. La grande majorité des sociétés privées ne seront pas touchées par ces changements fiscaux.
  • Au Canada, 2 % des SPCC totalisent 80 % des revenus de placement passifs.
  • Les propriétaires de SPCC dont le revenu est supérieur à 250 000 $ totalisent plus de 80 % des revenus de placement passifs.
  • Un nombre croissant de Canadiens – souvent des particuliers à revenu élevé – utilisent les sociétés privées de manière à réduire leur impôt sur le revenu des particuliers. Dans certains cas, un particulier qui gagne 300 000 $ par année et qui a un époux et deux enfants adultes peut recourir à une société privée afin de réaliser des économies d’impôt qui représentent environ ce que le Canadien moyen gagne en une année.
  • On estime que seules 50 000 entreprises privées familiales répartissent leur revenu. Ce nombre ne représente qu’une légère fraction – environ 3 % – des SPCC.
  • Toutes les sociétés, dont les SPCC, bénéficient d’un taux d’imposition général combiné du revenu des sociétés qui est de 12 points de pourcentage inférieur à celui du partenaire commercial le plus important du Canada, soit les États-Unis.
  • Le gouvernement entend apporter un soutien additionnel aux petites entreprises canadiennes en réduisant de nouveau le taux d’imposition des petites entreprises pour le faire passer à 9 %.
  • Avec l’adoption de ces mesures, le taux d’imposition fédéral, provincial et territorial combiné pour les petites entreprises au Canada passerait de 14,4 % à 12,9 %; soit le taux le plus faible du G7 – et de loin – et le quatrième plus faible parmi les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques. Les petites entreprises pourraient ainsi conserver davantage de leurs gains pour les réinvestir, ce qui favoriserait leur essor et la création d’emplois.
  • Au cours des consultations, le ministère des Finances du Canada a reçu plus de 21 000 propositions écrites.
  • Le gouvernement arrêtera ses mesures en respectant les principes suivants.
    • Soutenir les petites entreprises et leur apport aux communautés et à l’économie du pays.
    • Maintenir un faible taux d’imposition pour les petites entreprises, et appuyer leurs propriétaires afin qu’ils investissent activement pour développer leur entreprise, qu’ils créent des emplois, qu’ils renforcent l’entrepreneuriat et qu’ils stimulent la croissance de notre économie.
    • Éviter d’alourdir inutilement les formalités administratives que les propriétaires de petites entreprises qui travaillent fort doivent accomplir.
    • Reconnaître l’importance de préserver les exploitations agricoles familiales, et collaborer avec les Canadiens afin de s’assurer de ne pas nuire aux transferts d’entreprises agricoles familiales à la prochaine génération.
    • Réaliser une analyse comparative entre les sexes sur les propositions définitives, afin que tout changement apporté au régime fiscal favorise l’équité entre les hommes et les femmes.

Liens connexes

Plus d'information... Commentaires fermés sur Le ministre Garneau souligne les prochaines mesures du gouvernement en vue d’une plus grande équité pour la classe moyenne
 
 

LES CHOIX TÉLÉ PLANÈTE+

SEMAINE DU 14 AU 20 OCTOBRE 2017

 

DEVOIR D’ENQUÊTE – AU COEUR DE DAESH AVEC MON FILS 

Réalisation: Catherine Lorsignol et Jean De Waele

 

Avec son fils de 4 ans, Laura a vécu neuf mois d’enfer au coeur de l’Etat islamique, avant de revenir en Belgique. En Syrie, cette jeune femme de la région de Charleroi a été témoin de la barbarie, du sort terrifiant réservé aux femmes, des bombardements et de la misère.

Dimanche 15 octobre 19h30

SPIRITUALITÉ EN SOLDE

Réalisation: Julie Deruy

 

La spiritualité est en plein boom. Retraites monacales, multiplication des centres de méditation ou camps de «retour aux sources» proposant des activités culturelles ou des circuits touristiques «spirituels» ont le vent en poupe. Enquête sur les origines de ce phénomène.

Dimanche 15 octobre 20h30

LES OUBLIÉS DE L’HISTOIRE (nouvelle série en 20 parties)

Réalisation: Jacques Malaterre

 

Ils ont forgé notre histoire et pourtant la mémoire collective n’a souvent pas retenu leurs noms. Chaque épisode raconte une destinée extraordinaire et apporte ainsi un éclairage sur un contexte géopolitique et social particulier.

Jeudi 19 octobre 21h30

 
 
Plus d'information... Commentaires fermés sur LES CHOIX TÉLÉ PLANÈTE+ SEMAINE DU 14 AU 20 OCTOBRE 2017
En-tête

 

Nourrir le quartier, nourrir la ville

Activités gratuites

Dans le cadre de l’exposition Nourrir le quartier, nourrir la ville, participez à différentes activités gratuites. Cliquez sur le titre des activités pour consulter les détails.

Visites commentées de l’exposition Samedis 30 septembre et 28 octobre 2017, 13 h 30 à 15 h

Participez à une visite commentée de l’exposition avec le commissaire Éric Giroux, historien, responsable de la recherche et des collections à l’Écomusée du fier monde.

Table ronde : gaspillage alimentaire Mercredi 11 octobre 2017, 17 h à 19 h

Participez à une table ronde sur le gaspillage alimentaire avec différents intervenants communautaires. Touchez et dégustez des légumes non calibrés pour l’industrie!

Forum : sécurité alimentaire Mercredi 8 novembre 2017, 8 h 30 à 12 h 30

Participez à un forum sur les politiques publiques et actions locales en sécurité alimentaire. Différents intervenants aborderont divers axes de réflexion sur les politiques touchant l’alimentation en milieu populaire.

RSVP : 514 528-8444 ι info@ecomusee.qc.ca

Merci de partager dans vos réseaux et au plaisir de vous compter parmi nous!

 

Exposition jusqu’au 4 février 2018

Faites votre marché et retracez près de 200 ans d’alimentation à Montréal! Explorez les lieux qui ont marqué la vie de quartier, comme les marchés publics, les petites épiceries et les premières chaînes d’alimentation.

Suivez l’évolution des produits à différentes époques. Voyez aussi la naissance de l’industrie de la transformation alimentaire qui se développe en réponse à un enjeu simple : celui de nourrir le quartier et de nourrir la ville. C’est également l’occasion de réfléchir aux enjeux contemporains et de constater les initiatives citoyennes mises en place dans la ville du 21e siècle.

Cliquez ici pour consultez la page de l’exposition et des activités

Photo : Épicerie Chapdelaine & frères, vers 1920. Edgar Gariepy, Collection Félix Barrière, BAnQ Vieux-Montréal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec

Plus d'information... Commentaires fermés sur Nourrir le quartier, nourrir la ville

L’entrepreneuriat féminin en progression continue

 

 

La dernière étude de GEM (Global Entrepreneurship Monitor) montre que depuis 2014 la création d’entreprises par des femmes est en progression de 10%, ce qui réduit l’écart avec les hommes de 5%. D’autre part, les femmes européennes sont de plus en plus confiantes dans leur capacité à créer une entreprise.


La création d’entreprise par des femmes est globalement en progression. Au cours des dernières années, dans les 74 pays étudiés à travers le monde, ce sont près de 163 millions de femmes qui ont créé une entreprise tandis que 111 millions de femmes dirigeaient des entreprises déjà constituées.  Ces données sont issues du nouveau rapport 2016/2017 de GEM.

« Ce constat illustre non seulement l’importance des femmes entrepreneurs dans le monde, mais met également en évidence leur contribution à la croissance et au bien-être social », explique Donna Kelley, professeur au Babson College et co-auteur du rapport. « Les femmes entrepreneurs apportent un revenu à leurs familles, elles génèrent des emplois dans leurs communautés et créent des produits et des services dont bénéficie la société dans son ensemble. »

Par rapport à l’édition précédente qui date de 2015, parmi les 63 pays étudiés sur 74, GEM note que le taux d’activité entrepreneuriale (TEA) des femmes a progressé de 10% tandis que l’écart hommes/femmes quant à lui s’est réduit de 5%. Par ailleurs, pour une même zone géographique, le pourcentage de femmes contrôlant une société déjà constituée s’est accru de 8%.

En Europe, la part des femmes entrepreneurs reste faible mais la perception des opportunités progresseLe taux d’activité entrepreneuriale varie de manière significative d’un pays à l’autre. Le rapport de GEM segmente les économies en cinq groupes en fonction de leur niveau de développement (sur la base de critères définis par le World Economic Forum) et six zones géographiques : Pacifique-Asie du Sud-Asie du Sud Est ; Europe et Asie Centrale ; Amérique latine et Caraïbes ; Moyen Orient et Afrique du Nord ; Amérique du Nord ; Afrique sub-saharienne.

Le TEA féminin s’échelonne de 3% en Allemagne, en Jordanie, en Italie et en France à 37% au Sénégal. Dans cinq économies de 2 zones géographiques (Indonésie, Philippines et Vietnam en Asie du Sud ; Mexique et Brésil en Amérique latine) la proportion de femmes entrepreneurs est même supérieure ou égale à celle des hommes.

Malgré un TEA féminin faible, l’Europe se distingue par un pourcentage de femmes entrepreneurs diplômées supérieur à celui des hommes (avec une moyenne de 22%). Alors que les femmes sont moins susceptibles de créer une entreprise en Europe que dans des économies moins développées, on note une augmentation de l’ordre de 10% du nombre de femmes européennes estimant qu’il existe aujourd’hui de réelles opportunités de créer une entreprise.

10% de l’ensemble des femmes interviewées sont des travailleurs indépendants qui n’ont aucun projet de recrutement dans les 5 prochaines années. C’est en Europe qu’on rencontre la part la plus importante de femmes travaillant seules qui n’ont aucune intention de créer des emplois.

Des enseignements utiles aux politiques d’aides à la création d’entreprise par des femmesLe rapport GEM, dont c’est la 18ième édition, s’est imposé au fil des années comme l’étude globale de l’entrepreneuriat faisant autorité dans le monde. D’ailleurs, « cette étude apporte des enseignements pour orienter les futures recherches et les décisions politiques ainsi que les mesures d’accompagnement qui visent à soutenir l’entrepreneuriat féminin », précise le directeur exécutif de GEM Mike Herrington.

Les données de l’étude mettent en évidence des tendances lourdes et plusieurs paradoxes.  En effet, « au fur et à mesure que s’élèvent le développement économique et le niveau d’éducation, le taux de création d’entreprise diminue chez les femmes et l’écart avec les hommes s’accroît. Par ailleurs, si le taux de défaillances d’entreprises tend globalement à diminuer avec le développement économique, les femmes entrepreneurs sont plus nombreuses que les hommes à rencontrer des difficultés dans les trois premiers stades du développement. Inversement, le taux d’échec des femmes créateurs d’entreprises est seulement de 10% dans les économies développées, soit un tiers de moins que celui des hommes », analyse Mike Herrington.

Elément à prendre à compte par les dirigeants politiques, plus de 20% des femmes entrepreneurs indiquent « la nécessité » comme leur motivation première à la création d’entreprise. C’est particulièrement le cas dans les pays les moins développés. Point positif, les femmes sont plus concernées que les hommes, à hauteur de 5%, par l’innovation.

« Bien qu’il n’y ait pas de réponse toute faite dans le rapport, les données qu’il contient permettent de dessiner les contours de l’aide qu’il faudrait apporter à l’entrepreneuriat féminin afin de favoriser la création de valeurs sociales et économiques dans le monde »commente Mike Herrington qui ajoute que « par bien des aspects, il y a plus de différences que de points communs entre les femmes entrepreneurs dans le monde. Ces différences s’expriment en termes démographiques, culturels et de types d’entreprises créées ». « En conséquence, conclut-il, les mesures d’aide à la création d’entreprise par des femmes doivent être adaptées à chaque situation locale plutôt qu’être définies globalement quel que soit l’environnement. »

Le rapport en quelques chiffres en Europe et en Amérique du nord :

  • Aux Pays-Bas, la moitié des femmes entrepreneurs travaillent seules, soit 2.5 fois plus que les hommes.
  • L’Amérique du Nord montre les taux d’éducation les plus élevés chez les femmes entrepreneurs, avec 84% ayant obtenu un diplôme d’études postsecondaires ou supérieures.
  • L’Europe se démarque pour avoir des femmes plus instruites que les hommes entrepreneurs : 22% de plus, en moyenne.
  • Malgré la forte visibilité des entrepreneurs dans la culture américaine, seulement 27% des femmes américaines disent connaître un entrepreneur. Un pourcentage similaire est signalé en Europe.
  • L’Europe a le plus haut taux de femmes ayant une entreprise où elles travaillent seules, alors que l’Amérique du Nord, a le taux le plus faible.
  • C’est l’Amérique du Nord qui détient le plus haut niveau d’innovation avec 38% des femmes qui déclarent avoir des produits et des services innovants dans leur entreprise.
  • 60% de l’activité entrepreneuriale des femmes se situent dans le secteur du commerce du gros et du détail.
  • Environ 5% des femmes en Amérique du Nord, en Amérique latine, en région MENA et en Asie ont personnellement fourni des fonds aux entrepreneurs. Tandis que seulement 3,5% des femmes sont des investisseurs en Europe.

    Pour télécharger le rapport : Rapport Women’s Entrepreneurship report 2016/2017

A propos du GEM (Global Entrepreneurship Monitor)Le GEM (Global Entrepreneurship Monitor) est une joint-venture créée en 1999 par le Babson College et la London Business School. Il s’est progressivement imposé comme l’observatoire global de l’entrepreneuriat dans le monde grâce à la collaboration d’un consortium d’équipes nationales de chercheurs universitaires dans différents pays. Chaque équipe nationale réalise une étude sur un échantillon d’au moins 2.000 adultes en âge de travailler (de 18 à 64 ans). L’étude qui ne couvrait que 10 pays développés en 1999 s’est étendue à plus de 100 pays sur 18 années. Le rapport du GEM est unique parce que, à l’inverse d’autres études consacrées uniquement aux entreprises nouvelles, il étudie le comportement des individus au regard de la création d’entreprises et du management dans leur ensemble.Rapport : Ce rapport est publié avec le concours du Babson College, du Smith College, de la Korea Entreprenership Foundation, du Technologico de Monterrey, de l’Univeritad Del Desarrollo et de l’Universiti Tun Abdul Razak.Parmi les auteurs qui ont participé au rapport : Donna Kelley professeur au Babson College, Benjamin S. Baumer professeur adjoint au Smith College, Candida Bush vice-doyen en charge du programme Global Entrepreneurial Leadership du Babson College, Patricia Greene professeur au Babson College, Mahnaz Madavi professeur au Smith College, Madhi Majbouri professeur adjoint, Marcia Cole directeur adjoint des projets spéciaux au GEM, Monica Dean directeur administratif du Centre pour l’Innovation et la Création d’Entreprise Jill Conway, René Heavlow directeur de programme au Conway Center.
Plus d'information... Commentaires fermés sur L’entrepreneuriat féminin en progression continue

Les entrepreneurs plus âgés : une force inexploitée pour la stabilité économique à l’échelle mondiale

Les entrepreneurs de plus de 50 ans offrent des opportunités en or pour les économies affaiblies par le vieillissement de la population, selon un nouveau rapport du « Global Entrepreneurship Monitor».

Selon un nouveau rapport du « Global Entrepreneurship Monitor» (GEM), le nombre d’adultes plus âgés travaillant à leur propre compte dépasse celui des jeunes adultes, ce qui suggère que les plus de 50 ans ont encore un rôle significatif à jouer sur le marché du travail dans le monde entier.

Ce rapport spécial de GEM à propos de l’entrepreneuriat des seniors sorti aujourd’hui s’appuie sur des données collectées entre 2009 et 2016 dans 104 pays. L’échantillon comprend 1 540 397 adultes de 18 à 80 ans issus de cinq régions du monde : L’Afrique subsaharienne (AS), le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord (MOAN), l’Asie du Sud-est (ASE), l’Amérique latine et les caraïbes (ALC) et les pays de cultures européennes (PCE) dont le Canada fait partie.

« Le succès entrepreneurial et la prospérité n’ont pas de limite d’âge », a déclaré Mike Herrington, directeur général du GEM. « Alors que la perception traditionnelle de l’entrepreneuriat est celle d’une activité portée par des jeunes, les données nous montrent qu’à bien des égards, les personnes âgées sont une force entrepreneuriale importante. Mais une force négligée et sous-utilisée. »

Forte majorité d’entrepreneurs seniors dans le monde Selon le rapport, 18% des adultes entre 50 et 64 ans et 13% de ceux entre 65 et 80 ans sont des travailleurs autonomes, alors qu’ils ne sont que 11% chez les adultes âgés de 18 à 29 ans. 18% des entrepreneurs entre 30 et 49 ans sont des travailleurs autonomes. Pourtant les programmes et les soutiens à l’entrepreneuriat sont le plus souvent mis en place à l’attention des jeunes. Le rapport suggère qu’un soutien spécialisé dédié aux entrepreneurs plus âgés pourrait mener à une plus grande stabilité économique, surtout dans les économies où les entrepreneurs seniors sont sous-représentés.

Moins d’entrepreneurs seniors en Europe A l’échelle régionale, l’entrepreneuriat senior (entre 50 et 64) en termes d’entrepreneuriat d’intention (défini par le pourcentage de la population adulte se préparant à ouvrir une entreprise dans les 3 prochaines années) et l’activité entrepreneuriale à ses débuts (défini par ceux qui ont ouvert une entreprise depuis moins de 42 mois) sont les plus élevés en l’Afrique Subsaharienne (35%/19%), en Amérique latine (27%/14%), et en MOAN (23%/7%). Le taux le plus bas est détenu par les pays de cultures européennes (6%/4%).

Seulement 14% des seniors en Asie du Sud-est déclarent avoir des intentions entrepreneuriales et 9% sont engagés dans une jeune entreprise.

Ces chiffres sont conformes aux conclusions de GEM selon lesquelles l’activité entrepreneuriale est typiquement plus élevée dans les économies les plus pauvres où les entreprises nécessitent souvent moins de compétence et moins de fonds pour débuter.

Entrepreneurs seniors = stabilité économique Selon Thomas Schøtt, professeur en entrepreneuriat à l’Université du Danemark du Sud et auteur principal du rapport, les entrepreneurs seniors apportent de nombreux bénéfices économiques, sociaux et environnementaux, si bien que le rapport les prénomme les « Dividendes dorés ». Ces entrepreneurs seniors soulagent aussi l’État des pressions qu’exerce sur lui une population vieillissante et la création d’emplois.

« Chaque travailleur autonome senior est moins susceptible d’être un fardeau financier pour la société en restant actif, en contribuant ainsi à l’économie en payant des taxes. De plus, les entrepreneurs seniors emploient plus souvent dans leur entreprise plus de cinq personnes à la différence de leurs homologues plus jeunes. Ainsi, ils ne créent pas seulement des emplois pour eux-mêmes, mais aussi pour les autres », explique le professeur Schøtt.

Les bénéfices économiques supplémentaires proviennent du fait que les seniors qui investissent de façon informelle, investissent beaucoup plus d’argent par rapport aux adultes plus jeunes. Près des deux tiers (63%) des business angels plus âgés investissent plus que la médiane de l’ensemble des investissements. De plus, les entrepreneurs seniors à travers toutes les phases de l’activité de l’entreprise sont plus heureux dans leur vie privée et leur emploi comparés aux salariés âgés. Cela se traduit par une meilleure santé et moins de demandes aux services sociaux.

Le professeur Schøtt considère que ces conclusions ont une importance particulière toute particulière pour les économies touchées par le vieillissement de la population.

« Avec approximativement 16% de la population mondiale âgée de plus de 55 ans, l’activité entrepreneuriale aux âges plus avancés touche directement 1,2 milliard de personnes, » explique-t-il. « Le monde commence à prendre conscience que les entrepreneurs seniors, dotés d’une grande expérience de vie et de travail, d’importants réseaux et d’une volonté à rester productifs sont une immense ressource inexploitée. Il est temps que nous arrêtions de penser à cette tranche démographique comme un poids et que nous la reconnaissions plutôt comme un atout et que nous travaillions à faire tomber les barrières pour libérer le potentiel de cette force. Il est impératif pour les gouvernements de créer une structure innovante et inter-institutions pour rassembler les ressources, catalyser la pensée stratégique, prioriser une nouvelle politique et créer des recherches concrètes pour faire progresser ce mouvement», conclut-il.

Conclusions additionnelles du rapport spécial du GEM sur l’entrepreneuriat

  • Les individus plus âgés ont moins confiance en leur capacité à partir pour diriger une entreprise, mais ils sont plus aptes à prendre des risques.
  • Les adultes plus âgés sont légèrement plus souvent des entrepreneurs sociaux que les trois autres groupes d’âge. Cela suggère que ces individus prennent leur retraite de salarié ou d’entrepreneur, mais peuvent continuer à entreprendre avec un objectif plus social ou communautaire en tête. Il s’agit d’une conclusion intéressante puisque l’entrepreneuriat social est plus souvent associé à la jeunesse, plus idéaliste par nature.
  • Le genre a une influence sur le comportement des seniors. Les intentions entrepreneuriales sont les moins élevées parmi les femmes, comparées aux trois autres groupes d’âge, on trouve moins de sept femmes désirant partir une entreprise pour dix hommes dans cette catégorie d’âge.  Les individus plus âgés ont le plus grand écart homme-femme en termes d’activité entrepreneuriale à ses débuts, avec seulement six femmes engagées dans des start-ups pour dix hommes dans ce groupe d’âge.

Un exemple d’entrepreneur canadien

George Rhodey Executive Vice President at Rhodey & Associates Inc.

George Rhodey , diplômé  de University of Waterloo en chimie Ingénierie, a travaillé dans le secteur des produits chimiques, des engrais, ses explosifs mais aussi dans l’industrie du pétrole au Canada et dans le monde entier se partageant entre la Chine, le Vietnam, l’Équateur ou encore la Colombie. Il est licencié en 1991 à l’âge de 48 ans. Il ne voit pas cela comme une fatalité mais comme une opportunité de réaliser toutes les idées accumulées au fil des années : « je voulais créer un monde meilleur pour mes petits-enfants », explique-t-il.

Depuis, il a mis en place de nombreux projets dans le secteur du pétrole :  un projet technologique qui réduit la viscosité du bitume pour lui permettre de circuler dans les canalisations sans addition de diluant ou un autre projet qui se concentre sur la production de « coke » de pétrole et la récupération de traces de métaux précieux à partir des sables bitumineux. Ainsi, La même technologie peut être utilisée sur le charbon et les asphaltènes pour produire des produits environnementaux et économiques pour la production d’électricité. Depuis, il possède huit brevets dans le monde entier qui permettent à toute usine de raffinerie et de condensat de fonctionner à un taux de rendement nettement plus élevé.

La force majeure de George Rhodey est sa capacité à prendre une idée d’une industrie pour l’appliquer avec succès à une autre industrie totalement différente. « En tant que personne âgée, j’ai accumulé une expérience significative dans de nombreux domaines différents, ce qui me permet de localiser de nouveaux domaines pour l’application des technologies existantes », constate-t-il. Son projet de cavitation est un bon exemple, où il a pris une technologie développée à l’origine pour une utilisation militaire (torpilles) et l’a appliquée à l’industrie pétrolière. Une autre de ses forces est d’aborder les problèmes du point de vue des entreprises, plutôt que de simplement regarder l’axe technologique. Par exemple, pour estimer les coûts d’exploitation et d’exploitation, il inclut l’ingénierie initiale. « D’une façon générale, j’ai une vision beaucoup plus large que les jeunes », considère-t-il.

Même si évidemment certaines personnes pensent qu’il devrait prendre sa retraite, il constate que globalement ses connaissances, son expérience, ainsi que sa perception et sa vison large des problématiques sont toujours appréciées.

Ses conseils pour les futurs entrepreneurs potentiels : « Ne vous concentrez pas seulement sur une chose, mais maintenez plusieurs activités en même temps. Restez actif dans l’industrie et rejoignez autant de clubs que possible pour vous bâtir un solide réseau de contacts. En tant qu’entrepreneurs seniors, n’hésitez pas à provoquer des occasions de conseiller les autres. Et enfin, n’oubliez pas de rester éthique et humble », conclut-il.

Plus d'information... Commentaires fermés sur Les entrepreneurs plus âgés : une force inexploitée pour la stabilité économique à l’échelle mondiale
Monsanto vient de menacer de poursuivre les responsables du gouvernement d’Arkansas s’ils interdisent leur nouveau poison! Aidons-les à résister à cette intimidation — rejoignez l’appel urgent et Avaaz le remettra juste avant le vote

signez la pétition

Monsanto est en train de promouvoir un terrible poison qui tue toutes les plantes sur son passage — sauf ses propres OGM. Mais dans quelques jours, un État américain pourrait l’interdire, créant ainsi un précédent pour le monde entier. Si nous sommes un million à signer cette pétition, nous pouvons la remettre lors d’un processus officiel et éliminer ce produit toxique de nos champs et de nos assiettes! Signez maintenant:  

SIGNEZ LA PÉTITION
Chères amies, chers amis,

Monsanto est en train de promouvoir un terrible poison qui tue toutes les plantes sur son passage — sauf ses propres OGM. Il peut même se disperser dans l’atmosphère jusqu’aux terres avoisinantes! 

Mais dans quelques jours, nous pouvons l’arrêter.  

Après le cri de colère de 1000 agriculteurs victimes de ce poison, un grand État américain pourrait interdire le Dicamba. Cela créerait un précédent qui pourrait influencer la législation partout dans le monde. 

Monsanto est en campagne: ils font pression tous azimuts et espèrent que cette fronde reste localisée. Mais si nous sommes un million à signer cette pétition, nous pouvons la remettre lors d’un processus officiel et montrer que le monde entier ne veut pas de ce produit chimique sur ses champs ni dans son assiette! Signez maintenant:  

Résistons à Monsanto

Les agriculteurs sont vent debout et ce n’est pas surprenant. Le Dicamba sème la mort dans les airs, se répandant sur les champs, les arbres, les terres et les sources. Ils sont face à une terrible alternative — adopter les semences OGM de Monsanto, ou regarder leurs récoltes mourir.  

Le projet de Monsanto est cupide, dangereux, et pourrait leur rapporter des milliards tout en mettant notre chaîne alimentaire en péril.  

Mais nous pouvons l’arrêter. 17 États américains ont ouvert des enquêtes et les plus hautes autorités de l’Arkansas viennent de recommander l’interdiction de ce produit — cette proposition doit maintenant être soumise à un vote. De l’Union européenne à l’Amérique latine, tous les législateurs suivent attentivement ce processus. Si nous sommes un million à résister à Monsanto en Arkansas, et parvenons à faire interdire le Dicamba, nous pouvons stopper net ce poison mortel. 

Résistons à Monsanto

Pendant des années, le mouvement Avaaz s’est lancé dans des combats qui semblaient perdus d’avance pour résister à la dangereuse prise de contrôle de notre alimentation par des intérêts corrompus. Et nous gagnons! L’an dernier, nous avons contribué à empêcher l’ouverture d’une nouvelle usine modèle de semences transgéniques de Monsanto en Argentine, et nous avons bloqué l’Union européenne alors qu’elle s’apprêtait à renouveler l’autorisation du glyphosate. Aujourd’hui, nous pouvons aider à remporter une nouvelle victoire en Arkansas. C’est là que le nouveau combat commence. 

Avec espoir et détermination,

Dalia, Nick, Danny, Allison, Diego, Camille et toute l’équipe d’Avaaz

POUR PLUS D’INFORMATIONS

Après le glyphosate, le Dicamba fait des ravages aux États-Unis (Courier International)http://www.courrierinternational.com/article/agrochimie-apres-le-glyphosate-le-dicamba-fait-des-ravages-aux-etats-unis 

États-Unis – Dicamba, un herbicide sur la sellette (Info’GM) https://www.infogm.org/6346-etats-unis-dicamba-nouvel-herbicide-deja-sellette?lang=fr

Monsanto combat l’interdiction du Dicamba en Arkansas (Arkansas Matters, en anglais)http://www.arkansasmatters.com/news/local-news/monsanto-fighting-arkansas-dicamba-ban/806920404 

L’Arkansas est sur le point d’interdire un herbicide controversée au cours de l’été prochain (Reuters, en anglais)https://www.reuters.com/article/us-usa-pesticides-arkansas/arkansas-one-step-from-ban-on-controversial-herbicide-next-summer-idUSKCN1BW33A

Glyphosate: nous avons frappé fort!! (Avaaz)https://secure.avaaz.org/fr/nothing_we_cant_do/?fpbr

Plus d'information... Commentaires fermés sur Poursuivis pour nous protéger de Monsanto!?
« COMBINAISONS  SPATIALES »  
L’espace contemporain de Montréal présente Yvon GUÉRIN
 
L’espace contemporain galerie d’art, 5175, av. Papineau (coin Laurier) présentera du 3 au 8 octobre 2017, « Combinaisons spatiales », une exposition individuelle de Yvon GUÉRIN. Le vernissage aura lieu, le mercredi 4 octobre de 5 @ 7. Vous y êtes cordialement invités. (Entrée gratuite) Le public aura accès à la galerie aux heures suivantes : mardi et mercredi de 12 h à 18 h, jeudi et vendredi de 12 h à 20 h, samedi et dimanche de 12 h à 17 h.
 
L’EXPOSITION  « Combinaisons spatiales »
L’artiste Yvon Guérin nous plonge dans son univers particulier pour nous faire découvrir sa démarche artistique à travers la mise en scène d’objets hétéroclites. Il nous ouvre les portes de son esprit mutin et caustique, à la manière d’un scientifique fou, pour nous faire voir des fragments d’événements précis, des moments de vie, des témoins de souvenir rassemblé dans un amalgame de textures et de matériaux. Peut-être pour exorciser ou contextualiser ses propos, il convertit tous ces objets dans des mises en scène aux effets ésotériques ou chamaniques, nous confiant différentes pistes de compréhension sans pour autant nous donner les réponses.
 
L’exposition « Combinaisons spatiales » nous propose une suite d’oeuvres, tel un cabinet de curiosités, qui nous font pénétrer plus profondément dans des espaces quelques fois très personnels. Yvon Guérin nous ramène dans une esthétique se situant entre le Ready-Made et l’Arte Povera, ayant comme processus de création de rendre signifiants des objets insignifiants. L’artiste intègre ainsi sa pensée à la matière pour traduire un événement, une émotion personnelle, un état d’âme prenant des propositions conceptuelles d’un théâtre d’accumulation d’une existence humaine. L’être humain dans sa fragile équation entre l’intérieur et l’extérieur.
 
L’ARTISTE –  Yvon GUÉRIN
Artiste né à St-Félicien au lac St-Jean à la périphérie de la rivière Ashuapmushuan. Artiste multidisciplinaire avec des études classiques et un Bac en histoire de l’art. « …Moi, moi, déprimé dans l’alchimie, l’ésotérisme, déprimé dans le sufisme, des corps aussi musclés que terrestres, célestes, gravitaires, pataphysique, le destin, la nécessité, les nombres premiers et les lumières vues comme des ombres … Je comprends que l’art est ma perte et ma dernière joie, après avoir écrit, baisé, peint, jeté, traduit l’invisible, intérieur, les rêves de Jacob, et l’échelle de la sagesse ».
 
 
-30-
Plus d'information... Commentaires fermés sur « COMBINAISONS  SPATIALES » L’espace contemporain de Montréal présente Yvon GUÉRIN
Translate »